Virée au Costa Rica

Patriche Lamarche en fauteuil roulant sur la plage

Par Patrice Lamarche

Survol rapide de ma situation

Le 8 juin 1991, soit environ 1½ année après avoir complété mes études comme comptable agréé, je me suis fracturé la colonne vertébrale aux niveaux C4 – C5, suite à un mauvais plongeon dans une piscine. La vertèbre fracturée a sectionné totalement ma moelle épinière, ce qui m’a rendu tétraplégique instantanément. S’en sont suivis l’hospitalisation, la réadaptation et, finalement, le retour à domicile en 1995. Après quelques années, je suis retourné à l’université, pour compléter un certificat multidisciplinaire. Lorsque j’ai eu un cours sur le tourisme, j’ai tout de suite su que c’était le domaine qui me passionnait. J’ai donc entrepris un certificat en gestion du développement touristique.

J’étais en couple avec une femme de 2003 à 2008, et nous voyagions beaucoup en véhicule. Par la suite, j’ai surtout fait des croisières. Depuis quelques années, j’essaie de visiter des régions ou des pays qui suscitent ma curiosité. Habituellement, quelques mois avant de partir, je fais toutes mes recherches sur l’endroit à visiter et sur les équipements que je vais devoir louer. Même si je préfère faire la planification moi-même, j’aime tout de même me rendre au bureau de l’agence de voyages CAA-Québec afin de réserver le vol et l’hôtel.

J’aime bien partir l’hiver. Depuis que je ne pratique plus de sports d’hiver, cette saison est de loin celle que j’aime le moins. L’été dernier, un ami qui m’accompagne en voyage de temps à autre est venu avec moi à Vancouver. En plus de me donner tous mes soins et de m’accompagner dans mes diverses activités, il a tout filmé puisqu’il est également cinéaste. J’ai tellement adoré ce voyage; je tenais énormément à repartir dès cet hiver.

Choisir le Costa Rica

J’ai plusieurs amis non-handicapés qui ont visité le Costa Rica ces dernières années et qui me disaient comment ils avaient aimé leur voyage. J’ai entrepris des recherches sur ce pays où la faune et la flore sont à la fois omniprésentes et typiques à cette région de l’Amérique centrale. Le climat est vraiment idéal pour les gens qui recherchent des températures chaudes sans être trop accablantes. En débutant ma recherche, je m’aperçois que le Costa Rica, en 1996, a voté une loi (Law of Equal Opportunities) qui spécifie que nul ne peut être discriminé parce qu’il est handicapé. À partir de 1996, les compagnies exploitant des autobus avaient sept ans pour rendre tous leurs véhicules accessibles et les commerces avaient dix ans pour le devenir également.

Je me demandais comment se faisait-il que le Costa Rica ne fût pas reconnu comme un pays de prédilection pour les gens à mobilité réduite. Par la suite, presque tous les sites Web sur lesquels j’allais déconseillaient ce pays aux personnes handicapées. J’ai tout de même persisté, ç’en était devenu presque un défi! J’avais besoin de louer un véhicule adapté ainsi qu’un lève-personne. Comme je n’en trouvais pas, une personne m’a suggéré de devenir membre du groupe Facebook Gringo Expats in Costa Rica. Ce groupe est composé, comme le nom l’indique, de 13 000 personnes expatriées vivant en partie ou en permanence au Costa Rica Ces gens se donnent une infinité de conseils. Pour quelqu’un souhaitant visiter, il s’agit d’une source d’information très importante. Beaucoup de gens trouvaient mon idée très bonne, mais personne ne pouvait me fournir d’information, même que certains m’ont suggéré d’y penser à deux reprises avant d’entreprendre ce voyage.

Après plusieurs jours, quelqu’un m’a référé à Stephanie Sheehy, directrice de l’agence de voyages Il Viaggio Travel. L’entreprise est basée à San Jose au Costa Rica. Son objectif est de réaliser des itinéraires sur mesure afin de faire découvrir le Costa Rica de manière durable. Les touristes ayant des besoins spéciaux font souvent appel à ses services. Grâce à elle, ainsi qu’à d’autres organismes touristiques travaillant dans la même optique, de plus en plus d’attraits sont en voie de devenir totalement accessibles en fauteuil roulant. Certains appliquent même les principes de l’accessibilité universelle. Grâce aux conseils de Stephanie, j’ai pu prévoir plusieurs activités.

La grande aventure

Après cette longue planification, nous sommes enfin partis à l’aventure! À la sortie de l’aéroport, notre guide et notre chauffeur nous attendaient. Comme il était déjà l’heure du souper, nous sommes allés directement à notre hôtel (Crowne Plaza San Jose Corobici), où nous avons dormi trois nuits.

Tous les soirs, on déterminait notre heure de départ du lendemain. La première journée, nous sommes allés voir la Universal Trail à La Selva à Sarapiqui. Le Costa Rica compte plusieurs microclimats. La route pour se rendre au parc La Selva traverse trois de ces microclimats. C’est très spectaculaire de voir ces changements en une si courte distance. Le Parc, même s’il n’est pas très grand, renferme une faune et une flore impressionnantes.

Forêt luxuriante, Universal Trail à La Selva à Sarapiqui
Universal Trail à La Selva à Sarapiqui

Le lendemain, nous sommes allés à Sarchi pour visiter une ancienne usine qui fabriquait des roues de chars à bœufs. Tous les instruments étaient activés par un moulin à l’eau. Ceux qui aiment l’histoire et la culture comme moi seront choyés. Après avoir dîné, nous sommes allés visiter une plantation de café. La réception et la présentation que nous avons eues étaient superbes. Les néophytes autant que les grands connaisseurs aimeront cette visite.

Char à boeufs très décoré de Sarchi
Char à boeufs de Sarchi

Le jour suivant, nous avons fait quelques heures de route pour nous rendre à notre nouvel hôtel, où nous avons dormi trois autres nuits. La route était très sinueuse mais tellement intéressante. Nous avons longé une immense forêt sauvage très escarpée. La température était vraiment bonne pour voyager. Nous avons traversé la petite ville de La Fortuna (très populaire auprès des touristes) en direction de l’Arenal Spring Resort. Cet hôtel récemment construit est tout simplement magnifique. Chaque chambre offre une vue imprenable sur le volcan Arenal. L’établissement comporte trois piscines thermales (environ 38°C) ayant une rampe d’accès, ce qui fait que chacune est accessible lorsqu’on apporte un fauteuil roulant de plage. La compagnie Il Viaggio Travel m’en avait prêté un.

Entrée de type plage dans un resort
Arenal Spring Resort

Le lendemain, nous sommes allés au Mistico Arenal Hanging Bridges Park. Un immense parc, dont plusieurs sentiers et ponts suspendus sont accessibles. Nous avons vraiment aimé cette visite, surtout que nous étions accompagnés de la très gentille Gaudy, une guide locale. En soirée, nous sommes allés à l’hôtel Baldi. Cet hôtel comporte 25 piscines et presqu’autant de glissades d’eau, chauffées par des sources d’eau chaude. Les piscines sont toutes accessibles avec un fauteuil roulant de plage.

Groupe de voyageurs devant un volcan
Mistico Arenal Hanging Bridges Park

La sixième journée, nous sommes allés faire une promenade en ponton sur la rivière Cano. Nous avons remonté la rivière jusqu’à la limite du Nicaragua. La nature sauvage le long de cette rivière est superbe. Nous avons pu observer plusieurs singes, dont les singes hurleurs et les singes araignées, ainsi que des caïmans, des iguanes, des paresseux et de multiples oiseaux locaux. Au retour, nous nous sommes arrêtés sur un pont afin d’observer une réserve naturelle d’iguanes. Tout simplement magnifique! On pouvait les compter par dizaines.

Patrice Lamarche sur un ponton accessible
Ponton sur la rivière Cano

Le lendemain, nous quittions pour passer les derniers jours dans un tout-inclus au Riu Guanacaste. Chemin faisant, nous avons arrêté dans une réserve faunique, Las Pumas Rescue Center. Dans ce refuge vivent en permanence certains animaux sauvages qui ont été domestiqués et qui ne peuvent plus survivre en liberté, ayant perdu leur instinct de chasse. En fin de journée, nous sommes arrivés au Riu Guanacaste sur la plage Matapolo. Un très bel hôtel avec des accès vraiment partout, même sur la plage. Il y a un petit dénivelé d’à peine deux pouces entre le trottoir et le sable brun de la plage.

Notre guide et notre chauffeur quittaient uniquement le lendemain en fin de journée. Notre périple se poursuivait du côté de Santa Rosa National Park. Un parc différent de ceux que nous avions vus jusqu’à présent, car il s’agit d’un parc en région sèche. Ce parc est très accessible en fauteuil roulant. Il faut toutefois prévoir qu’il fait très chaud dans ce secteur. Alors que, dans la région de San Jose et La Fortuna, le mercure en janvier se maintient autour de 23-24°C, (celui de la région de Guanacaste est d’environ 30°C.

Le lendemain, nous avons pris un taxi en direction de Playa del Coco. Il y a quelques compagnies qui possèdent des taxis adaptés. Les conducteurs ne parlent pas beaucoup anglais, presque uniquement espagnol. Toutefois, ils sont très fiables et aujourd’hui avec Google Traduction ou autres, on peut facilement se débrouiller. Playa del Coco est une belle petite plage typique, avec beaucoup de magasins, restaurants avec un Night Life reconnu (mais que nous n’avons pas pu tester malheureusement). Le Boardwalk est bien accessible et donne un accès direct à la plage, de même qu’aux terrasses pour s’offrir une bouchée ou encore un cocktail typique de l’endroit.

Plage accessible
Playa del Coco

Le dernier jour, la compagnie Il Viaggio Travel nous a envoyé un chauffeur à 10 h pour nous transférer à l’aéroport Liberia.

Si vous désirez visiter ce charmant pays, ne vous attendez pas à voir des superbes belles plages de sable fin et blanc comme à Cuba. Cependant, si vous aimez les plages sauvages, vous allez adorer. Le Costa Rica renferme beaucoup de richesses avec sa faune, sa flore, ses microclimats, sa culture et ses valeurs humaines.

Ce voyage fut absolument magnifique. Même si tous les voyages que j’ai faits m’ont apporté leurs lots de satisfaction, celui-ci, grâce à Stephanie et Juve, notre guide (un homme tellement sympathique), fut mémorable. Si c’est votre premier voyage au Costa Rica, je vous recommande fortement de faire affaires avec une agence de voyages locale qui connait les besoins des personnes handicapées. Il y a sûrement d’autres excellentes agences de voyage au Costa Rica, mais pour les personnes ayant des besoins spéciaux, Il Viaggio Travel est dur à battre!

Logo de Il Viaggio Travel

Il Viaggio Travel

Stephanie Sheehy P.
(506) 2289-8225
stephanie@ilviaggiocr.com
www.ilviaggiocr.com/

4 commentaires

  1. Merci beaucoup pour votre récit de voyage et toutes les informations. Depuis longtemps j’aimerais visiter ce pays. Avec ces références, l’organisation en sera grandement simplifiée. Merci !

    J'aime

  2. Je vous remercie d’avoir partagé ces très beaux moments au Costa Rica.
    Je vais précieusement gardé ces informations pour le jour où je serai prête à partir

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s