La Nouvelle-Orléans, ville festive

DSC04649

Par Isabelle Ducharme

J’ai réalisé un autre rêve : visiter New Orleans! Parmi mes rêves, il y avait également de visiter l’Australie, ce que j’ai fait il y a maintenant presque 20 ans. Vous comprendrez que les deux étaient dans la mire, mais pas pour les mêmes raisons. J’ai rêvé de l’Australie parce que je voyais cette petite île perdue dans le coin de la carte du monde, et pour ses koalas et ses kangourous, en plus de la Grande barrière de corail. J’ai rêvé de la Louisiane, surtout de la ville de la Nouvelle-Orléans, pour ces images festives que l’on voit dans les films et dans les promotions de la destination.

La Nouvelle-Orléans (New Orleans en anglais) est la plus grande ville de l’état de Louisiane, aux États-Unis. Près de 350 000 habitants y résident. La ville est située sur les bords du Mississippi. Sa vie culturelle riche, ancienne et vibrante lui vaut le surnom de Big Easy (la « grosse facile »). Berceau du jazz, la Nouvelle-Orléans est marquée par l’héritage colonial français, que l’on retrouve aussi bien dans la toponymie que dans l’architecture ou les traditions locales.

Creole Queen

Je vous dis tout de suite que je n’ai pas été déçue, au contraire! Bien que mon séjour fût de courte durée, dès la première journée, j’ai ressenti le bonheur auquel je m’attendais. La ville est un méli-mélo d’histoire et architecture uniques, de musique et festivités, d’art et culture, le tout teinté de richesse et de pauvreté.

Quand je parle de pauvreté, je parle selon nos yeux de gens qui n’ont pas vécu les désastres de l’esclavage et les catastrophes que ces résidents ont vécus. Nous avons tous vu des photos du massacre que l’ouragan Katrina a fait en 2005, les secteurs bidonvilles qui ont augmenté après son passage et la désolation du peuple local et international. Par contre, la résilience de ce peuple solide se voit et s’entend partout. Il n’en faut pas beaucoup, un simple bonjour en français, pour qu’un sourire, dents manquantes, s’affiche immédiatement et qu’on nous demande si nous avons besoin d’aide.

football

Pour ajouter de l’euphorie au bonheur d’être rendue à destination, dès mon arrivée, j’ai remarqué les affiches annonçant le match d’ouverture des Saints de la Nouvelle-Orléans, équipe locale de football américain! En revoyant les articles que j’ai écrits jusqu’à maintenant dans Le Baladeur, il est difficile de dissimuler le fait que j’adore voyager, faire des sorties touristiques et gastronomiques, et que j’ai un penchant pour les événements sportifs. Dès le lendemain matin, je me suis rendue au stade en compagnie de ma mère et ma tante qui étaient inquiètes de me voir partir dans l’euphorie de la foule. Parce que oui, au Québec, nous disons que la Sainte-Flanelle est une religion, mais en terme de festivités, les partisans des Saints nous battent à 100 milles à l’heure.

IMG_5615

En direction du stade, qui à mon grand bonheur était à deux coins de rue de notre hôtel, le Hyatt Regency, nous nous sommes imprégnées des festivités. Mais plus important encore, j’ai réussi à avoir mon billet! Ce fut un moment magique, un moment sans regret (sauf bien sûr de ne pas avoir pu partager ce moment avec quelqu’un qui l’aurait apprécié autant que moi, comme mon frère par exemple!).

Parmi les autres activités que j’ai également bien appréciées, puisque nous n’étions pas dans la saison du Mardi Gras, ce fut le musée Mardi Gras World. Nous y sommes allées sans trop d’attente. Nous en sommes ressorties éblouies et le cœur égayé, un certain sentiment de retour en enfance. Je vous suggère fortement de prendre le tour guidé puisqu’il vous explique vraiment le A à Z des préparatifs de l’événement, qui débute dès le lendemain du Mardi Gras et implique des centaines de personnes, majoritairement des bénévoles. Nous n’avions certainement pas anticipé l’ampleur, la lourdeur et la minutie de ces chars allégoriques grandioses. Les plus écologiques seront heureux d’apprendre qu’il y a beaucoup de recyclage associé à cet événement, pas seulement des grandes dépenses sans réflexion.

cariole

Le French Quarter est un incontournable. Le jour, on y voit les familles, les marchés aux puces et les cafés. Vous devez absolument arrêter au Café du Monde pour y déguster un beignet; si vous n’y goûtez pas, vous ne pouvez pas dire que vous êtes allés à la Nouvelles-Orléans. Bourbon Street (nommée ainsi en hommage au Roi Soleil) s’anime d’une incroyable effervescence tous les soirs de la semaine et jusque tard dans la nuit. Les rues se transforment en fête, il y a de multiples restaurants, mais surtout des bars présentant chacun leur musicien et qui vous permettent de vous promener de l’un à l’autre sans souci de connaître la provenance de votre breuvage. Plus vous veillerez tard, plus vous en verrez de toutes les couleurs! Je me suis lancée et j’ai pris le fameux cocktail « Hurricane » chez Pat O’Briens, fort en alcool et délicieux au goût. À refaire!

La gastronomie louisianaise est un festival de saveurs multiples apportées par les différentes communautés, française, espagnole, africaine et créole. Il y a le Gumbo (pot-pourri d’ingrédients et de saveurs), le Jambalaya (proche de la paella espagnole), les Bananas Fosters (proche des bananes flambées) et les pralines sucrées. Saviez-vous que la Louisiane est l’hôtesse de l’usine de bouteilles de Tabasco, bâtie en 1868 et toujours en fonction? (Anecdote savoureuse : j’ai acheté sur place la bouteille de Tabasco considérée la plus épicée, que j’ai offerte en cadeau à mon oncle d’origine haïtienne qui a l’habitude de manger épicé : il n’en a consommé qu’une fois depuis que je la lui ai offerte, puisque c’était trop épicé pour lui!)

J’ai voulu que nous expérimentions différents aspects de la cuisine locale. Nous avons donc soupé dans un restaurant gastronomique et déjeuné dans un restaurant prisé par les locaux. La Louisiane est fière des accomplissements de son chef, Emeril Lagasse, reconnu à l’échelle internationale. Je vous conseille fortement de visiter un de ses restaurants, qui vous en mettra plein la vue et la bouche. Nous n’avons pas été déçues par celui que nous avons visité, l’Emeril’s Delmonico. Pour ma part, j’ai également apprécié la visite chez Mother’s, restaurant établi en 1938 rempli de simplicité, mais parfait pour connaître ce que les gens de la place mangent pour déjeuner ou dîner.

tramway 2

Côté transport, j’ai eu le privilège d’être la première passagère du tout nouveau système de taxi accessible (fourgonnette avec rampe). La majorité des bus qui se baladent dans les rues de la ville sont munis de rampes d’accès. Le tramway est un incontournable de la ville; bien que les wagons originaux de la ligne verte ne soient pas accessibles, ceux de la ligne rouge le sont. Nous avons utilisé ce moyen de transport avec grand plaisir pour visiter The Sydney and Walda Besthoff Sculpture Garden situé dans le magnifique City Park, également hôte du New Orleans Museum of Arts (NOMA). Ce parc offre des activités pour les gens de tous les âges et tous les goûts. Finalement, nous avons trouvé aussi une bonne accessibilité lors de la classique randonnée sur le Mississipi sur un bateau à aubes, le Creole Queen.

De grâce, n’abandonnez pas cette destination festive simplement parce que vous avez vu les images de désolation de 2005. Il y a trop de lieux à visiter, de gens à rencontrer et de délices pour les yeux, les oreilles et les papilles gustatives à partager. J’y retournerais avec plaisir. J’explorerais les coins de la ville de la Nouvelle-Orléans que je n’ai pas eu le temps de voir. Mais croyez-moi, je m’assurerais que mon séjour soit assez long pour explorer l’immense territoire de la Louisiane, du bayou aux plantations ancestrales en passant par les vestiges de la culture Vaudou. Je ne manquerais pas de visiter Lafayette, berceau francophone de la région.

Les liens pertinents:

www.neworleansonline.com

Activités :

www.mardigrasworld.com

www.neworleanscitypark.com

www.creolequeen.com

Hôtel :

www.neworleans.hyatt.com/en/hotel/home.html

Transport :

www.neworleansonline.com/tools/transportation/gettingaround/handicap-transportation.html

Restaurants :

www.emerilsrestaurants.com/emerils-delmonico

www.mothersrestaurant.net

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s